Flash Information

AMPPF organisera bientôt des événements dédies aux femmes et aux enfants. Restez à l'écoute.

Projets

Connexion

Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Reload Captcha

Partenaires

WEBMAIL

Recherche

Rejoignez-Nous

SFbBox by psd to html

SANTE REPRODUCTIVE

Le contexte politique actuel a favorisé la mise en place d’un cadre juridique concourant au respect des libertés individuelles et collectives : liberté de pensée, d'opinion et d'association. On compte près de 4 000 associations ayant vu le jour depuis 1992 dont 2 500 œuvrant dans le domaine du développement économique et 250 associations féminines (source Ministère de l'administration territoriale et des Collectivités Locales). La libéralisation des médias (presse écrite et parlée avec plus de 70 radios libres en FM, l’émergence d’associations de communicateurs traditionnels en matière de SR, etc.) offre un cadre propice à la diffusion des messages d'information et de motivation en santé sexuelle et santé reproductive.

Le Mali s’est engagé en 1990 dans une déclaration de politique sectorielle de santé et de population qui tire les leçons de l’initiative de Bamako et renforce la participation communautaire à travers une approche contractuelle entre l’Etat et les populations. La mise en œuvre de la politique sectorielle s’effectue à travers un Plan Décennal de Développement Sanitaire et Social (PDDSS). Ce plan est opérationnalisé à travers le Programme de Développement Sanitaire et Social (PRODESS) subdivisé en deux phases: Première phase (PRODESSI 1998-2002) et deuxième phase (PRODESSII 2005-2009) avec une prolongation de deux ans (2009 – 2011).

Au niveau de l’état, la Division de la Santé Reproductive (DSR) est responsable pour les politiques et les interventions au niveau de la santé reproductive. Elle est partie intégrante de la Direction Nationale de la Santé du Ministère de la Santé.

Des progrès importants ont été réalisés dans le cadre de la Santé Sexuelle et Reproductive avec le développement de programmes et stratégies conformément à la Politiques, aux normes et procédures en matière de SR.

Les activités de Santé Sexuelle et de la Reproduction sont menées dans un environnement politique et législatif favorable et matérialisé   par  l’existence des documents cadres suivants :

  • Politique nationale de population (politique réactualisée en 2001) ;
  • Plan décennal de développement sanitaire et social 1998 – 2007 avec sa première tranche quinquennale le Programme de développement sanitaire et social (PRODESS) 1998 – 2002 ;
  • Politique, Normes et procédures révisés et valisé en mars 2005 ;
  • Plan stratégique SR en 2004 ;
  • Stratégie nationale de communication en SR en 2006 ;
  • Plan stratégique SRA en Développent de la Santé des Adolescents et jeunes en 2007 ;
  • Programme National de Lutte contre l’excision (PNLE) ;
  • Politique nationale de lutte contre le sida exécuté en approche sectoriel par le Haut Conseil National de Lutte contre le SIDA (HCNLS) ;
  • La promulgation par le Président de la République de la loi sur la SR le 24 juin 2002 abrogeant toutes les dispositions antérieures notamment celle du 31 juillet 1920 et l'existence des textes d'application de la loi SR etc. ;
  • La création de la Division Santé Familiale (DSF) en 1980, devenue la Division Santé Familiale et Communautaire (DSFC) et actuellement la Division Santé de la Reproduction (DSR) ;
  • L’existence du Plan Décennal de Développement Sanitaire et Social (PDDSS) ;
  • L’adoption des Lois concernant la Santé de la Reproduction (SR) en juin 2002, l’adoption de la loi d’orientation sur la santé en juillet 2002 ;
  • L’augmentation de 10% du budget alloué à l’achat des médicaments essentiels y compris les produits contraceptifs ;
  • L’existence d’un Pacte national entre le Gouvernement et ses PTF dans le cadre du renforcement du système de santé ;
  • Le Partenariat Public privé ;
  • La collaboration de l’Etat avec la société civile à travers les différents réseaux comme le Réseau Islam Population et Développement (RIPOD), le Réseau des Parlementaires Maliens pour la Population et le Développement (REMAPOD) ;
  • La collaboration de l’Etat avec ses partenaires techniques et financiers (PTF).
  • La Vision 2010 (Initiative des premières dames de l’Afrique de l’Ouest, du Centre et des pays lusophones).
  • La politique Nationale Genre.